"J'aime pas Lyon"

J'en ignore la raison mais cette ville ne m'attirait pas du tout et quand j'ai eu le concours, la perspective d'y passer 6 mois n'avait pas éveillé plus de motivation que ça...

C'était sans compter sur le côté spinozien de la vie... Apprendre à profiter de ce qui nous est donné pour en tirer le meilleur...

Et grâce à Xavier, j'ai le bonheur de lire Spinoza en Pleïade et ça... c'est vraiment chouette!

Lyon et moi, c'était déjà pas mal d'obstacles... Je me retrouvais toute seule, un nouveau métier, une formation, une chambre d'étudiante dans une résidence loin de mes enfants et de l'Amoureux... seule... Et si il y a bien un truc dont j'ai horreur, c'est l'inconnu... Quelques billets de train pour me rassurer, c'était déjà pas mal... pour poser des jalons... être rassurée...

C'était aussi quitter mes amies, mes tricothés chéris, abandonner mes machines à coudre d'amour, faire des cartons sans savoir où je vais habiter le 1er avril prochain... je sais, c'est loin mais c'est quand même assez (très!) déstabilisant de ne pas avoir de toit. De n'être chez soi nulle part...

Bref, on ne partait pas sous les meilleurs auspices, Lyon et moi...

Ajoutons à cela mon mental de chips et le coup fatal de la fille qui se morfond dans sa piaule en attendant que ça se passe était enclenché!!!!

Et puis...

Il y a eu l'accueil d'Agnès pour la première nuit, une super promo, un logement "pas si pire" dans une résidence avec 7 autres collègues, une carte de transports, le beau temps...

Un collègue qui nous fait une visite du "Vieux Lyon", quelques tavernes, un bouchon... prendre ses marques... déployer ses ailes...

Un train annulé...

Lyon me voilà!

Mais pas toute seule... Bertille est de la partie, bien sûr!

enssib2

Mes collègues commencent à s'habituer...