"Un jour par an seulement, ma mère possédait un prénom fixe. Le 15 février elle s'appelait Georgette. Ce n'était pas son vrai prénom, mais la sainte Georgette avait lieu le lendemain de la saint valentin. Mes parents trouvaient tellement peu romantique de s'attabler dans un restaurant entourés d'amour forcés, en service commandé. Alors chaque année, ils fêtaient la saint Georgette en profitant d'un restaurant désert et d'un service à leur disposition. De toute manière, Papa considérait qu'une fête romantique ne pouvait porter qu'un prénom féminin".

Un petit extrait très d'actualité d'un magnifique, superbe, émouvant livre "En attendant Bojangles" d'Olivier Bourdeault

que je conseille à toutes les âmes sensibles, à tous les gens fous et drôles qui y verront une telle résonance à nos aspirations...

Ce couple unit dans la jolie folie m'a touchée au coeur et me fait dire que tout est possible avec un petit brin de folie légère...

Encore faut-il le faire...

C'est ainsi que je veux vivre et mourir...

J'ai vérifié et le lendemain de la saint Valentin, c'est la saint Claude, prénom autant masculin que féminin alors...

AMOUREUX et AMOUREUSES, soyez heureux à la saint Claude et tous les autres jours de votre vie!

et n'oubliez pas, comme le dit mon amie Aline :

FAITES L'AMOUR, PAS LES MAGASINS!

(ou alors pour acheter et offrir ce livre!)